drapeau-francais-d-exterieur-sur-hampe-1369549

 

ANNIVERSAIRE de la LIBÉRATION

Message de l’Amicale des Anciens Combattants

Dans son ouvrage de mémoire intitulé « Croisade en Europe » le Général Eisenhover dit des Résistants français qu’ils ont :« joué un rôle particulièrement important. Ils ont été extrêmement actifs en Bretagne, et, en tous points du front, ils nous ont aidés, de mille façons. Sans eux, la libération de la France et la défaite de l’ennemi en Europe occidentale auraient été bien plus longues et nous aurait couté davantage de pertes ». Sans nul doute, les sabotages ont ralenti les communications allemandes. Sans nul doute, l’activité de harcèlement des maquis et des FFI a plongé la Wehrmacht dans un climat d’insécurité permanent qu’a contribué à accélérer sa retraite. Sans nul doute, la Résistance a joué un rôle déterminant dans la libération du territoire national.

Merci à toutes ces femmes !…

Merci à tous les hommes !…Qui, aux risques de leurs vies, ont œuvré suivant leurs moyens et possibilités, à nous rendre la LIBERTÉ.

Lorsque, le 6 juin, la radio anglaise émet le célèbre message emprunté à Verlaine pour annoncer le débarquement de Normandie :

« Les sanglots longs des violons de l’automne bercent mon cœur d’une langueur monotone ».

Jamais, notre dette envers ses femmes et ses hommes ne sera apurée.

Merci… merci pour votre courage.

Nous n’oublierons jamais que nous vous devons notre liberté.

Vive les libérateurs !.

Vive la France Libre !.

Daniel KOENIG
Président des Anciens Combattants de Jeumont

 

——

 

60ème  anniversaire de la fin des guerres d’Indochine
et de la bataille de Diên-Biên-Phû.

Mardi 29 Avril 2014

Au motif d’une semaine mémorielle organisée en France du 28 avril au 3 mai, la journée commémorative fixée au 8 juin depuis 2005 est exceptionnellement suspendue et avancée, cette année, à ce jour 29 avril 2014.
Le 11 août 1954, le cessez-le-feu au sud Vietnam marquait la fin de l’épopée indochinoise vécue par la France pendant un siècle.
Ils étaient majoritairement jeunes ces soldats de tous grades, de toutes armes, venus de métropole, de la Légion d’Afrique et d’Indochine même. Ils combattirent avec un dévouement sans borne et un courage exemplaire.

L’ultime preuve, et la plus éclatante qu’ils donnèrent de leur abnégation, fut sans conteste leur résistance héroïque à Diên-Biên-Phû où, du 13 mars au 7 mai 1954, pendant 57 jours, ils tinrent tête à un ennemi très nettement supérieur en nombre. S’ils y perdirent : 1726 tués au combat, 1694 portés disparus, 5294 blessés, 10863 prisonniers (dont 3290 seulement reviendront des sinistres camps de rééducation Vietminh), leur honneur lui, fut au plus haut point sauvé.

De 1945 à 1954, quelques 100 000 soldats de l’Union Française ont perdu la vie sur cette terre d’Indochine, dans la boue des rizières, au détour d’une digue, dans l’attaque des postes.
76.000 furent blessés, 40.000 ont été prisonniers (10 000 sont revenus).

Oui ! Sacrifices énormes au regard du dévouement. Notre armée sortait de cette « aventure indochinoise » blessée dans sa chair mais surtout cruellement meurtrie.

En ce jour commémoratif du 60ème anniversaire de la fin des guerres d’Indochine nous nous souvenons avec respect de tous les acteurs morts ou vivants de cette tragédie.

Honneur à eux.
Que vivent La France et la République.

Daniel Koenig
Président de l’Amicale des Anciens Combattants de JEUMONT

à télécharger :
Message de Monsieur Kader ARIF,
Secrétaire d’État aux Anciens Combattants et à la Mémoire, auprès du Ministre de la Défense

Diên-Biên-Phû